Résumé du Wake-up Productive d'Eben Pagan (semaines 1-5)

Eben W. Pagan (David De Angelo) est un coach en séduction pour les hommes, fondateur de la compagnie «Double your Dating», à travers laquelle il publie, pour la plupart sur internet, articles, livres et matériel multimédia sur la séduction. Il est considéré comme l'un des membres les plus influents de la Communauté de Séduction.

Avant de connaître ce succès, il était entrepreneur dans l'immobilier et courtier à San Diego et se fit découvrir pour ses conseils avisés qu'il donnait aux professionnels de l'immobilier. Parallèlement, il développa des techniques de séduction dans la rue, tout en recherchant les conseils de "Naturals" (les hommes qui séduisent naturellement les femmes). Mais aussi d'hommes qui ont développé des techniques de séduction comme Steve Piccus, Hypnotica, Dave Riker, Rick H, Eben Pagan pris des cours également avec Ross Jeffries sous le nom pseudonyme de Sisonpyh («hypnosis», hypnose épelé à l'envers). . Puis, à cause des controverses sur Jeffries et ses enseignements, il coupa les ponts avec celui-ci et publia sur la Cliff's List ses propres théories le 17 décembre 2000. Il écrivit ensuite Double your Dating.

Depuis, il a mis sur le marché de nouveaux produits qui visent à aider les hommes dans leurs conquêtes avec des titres comme Advanced Dating Series, 77 Laws of Success With Women and Dating, Deep Inner Game ou encore Meeting Women Online. Pagan publie également une newsletter, qui a plus d'un million d'abonnés.

Mais Pagan est également connu pour son implication dans le développement personnel et professionnel (Get Altitude, Guru Mastermind, Get Ignition…). C'est cet aspect que nous allons voir ici.

Le programme Wake-up Productive est un programme de 90 jours qui vise à mieux se contrôler et contrôler son temps afin d'être plus productif dans sa vie personnelle ou professionnelle.

Introduction

 Il y a 2 sortes de succès :

  • le succès intérieur (être heureux, être fier de soi, etc.) 
  • le succès extérieur (accomplissement, se sentir productif, atteindre ses objectifs).

 Si nous n'avons pas les 2, on en peut connaître de réel succès. Même si nous avons acquis un des 2. La plupart des gens veulent être plus productifs pour avoir plus de succès dans la vie. Et pour eux avoir du succès équivaut à être heureux tout le temps.

Si nous sentons que nous n'atteignons pas nos buts, que nous n'avons pas de résultats (extérieurs de nous) , que nous ne contrôlons pas notre vie et nous-même; nous ne pouvons atteindre le sentiment de bonheur personnel et de succès.

Voici donc un programme sur 90 jours qui s'engage à nous rendre au moins 2 fois plus productif. Eben Pagan rappelle que tout ne peut pas bien fonctionner pour tout le monde dans ce programme mais que ce n'est pas son but : il souhaite que chacun puisse retirer certains enseignements du programme et évoluer positivement dans sa vie.

 Il faut d'abord faire la différence entre être à l'intérieur d'un problème (et essayer de le résoudre) et s'en extraire pour se pencher dessus. Pour être vraiment productif, il faut donc travailler sur le problème (apprentissage) mais également tenter de le résoudre en actes (pratique). Nous devons donc voir le problème de l'intérieur et de l'extérieur alternativement.

 Plusieurs choses nous empêchent d'être productifs :

  • Notre société et notre culture nous noie de choix à faire.

De nos jours si nous voulons acheter un ordinateur, par exemple, par où commencer? Il y a tellement de sortes d'ordinateurs avec différentes caractéristiques ! Ce qui est paradoxal, c'est qu'intérieurement, beaucoup de personnes pensant qu'elles n'ont que très peu de choix.Dans ce programme nous allons découvrir 2 grandes techniques pour faire un choix : diminuer les options quand il y en a trop (sinon nous prenons le risque d'avoir un sentiment de confusion),  et générer plus d'options pour soi-même quand il n'y en a pas assez (sinon nous prenons le risque de nous sentir piégé).  

  • Nous vivons dans une culture de distractions (ex: téléphone, mails, tv, etc.) qui nous empêche de nous concentrer sur une chose particulière. Il faut donc apprendre à réduire les distractions. 
  • Nous vivons dans une culture obsessionnelle de "casse-croûte" : nous grignotons dans tous les sens du terme.

Exemples : on achète plus d'album musicaux mais des chansons une par une, on ne fait que zapper à la tv, etc. Nous devons ré-apprendre à nous plonger en profondeur dans un sujet. 

  • Nous faisons tout le temps plusieurs choses en même temps : c'est le "multitasking". Et nous faisons trop de choses en même temps pour être efficace.

Même si nous ne pouvons faire autrement par moment, il est important de planifier le "multitasking" et de le réduire. Il faut donc se concentrer sur une chose puis une autre pendant une certaine période de temps, même courte.

Si nous nous concentrons sur trop de choses en même temps, on peut "déconnecter" et être improductif. De même, nous pensons souvent à trop de choses en même temps (cf. semaine consacrée à la Grey Zone). 

  • Notre culture est maintenant plus concernée par le divertissement que par les résultats à tous les niveaux.

Exemple : quand nous regardons les infos, nous sommes plus intéressés par le divertissement provoqué par les images fortes que nous sommes par les nouvelles dans le monde.

Si nous voulons être productifs, il ne faut pas se laisser autant distraire par le divertissement et se concentrer sur ce qui amène à des résultats.

Nous avons tous des amis qui ne trouvent pas ça "marrant" de se focaliser sur sa santé, de manger équilibré, etc. Que c'est "meilleur" de manger des trucs gras, etc. Mais en réalité, il est plus intéressant de se sentir bien dans son corps, d'être productif et plein d'énergie. Mais avant d'en ressentir les bienfaits, on n'a souvent pas envie de faire ce qui sera bon pour nous à long terme. Il nous faut toujours des preuves, une "carotte" pour nous faire avancer.  

  • Nous sommes dans une culture qui veut des résultats instantanés. Notre société a développé toutes sortes de choses qui résolvent des problèmes très rapidement. Le danger est de croire à la pilule magique pour les choses importantes de la vie car cela s'avère être souvent très contre-productif. Il est immature de vouloir tout, tout de suite. 

Il faut faire le distinguo entre résultats à court terme et résultats à long terme : ils sont différents et souvent opposés. Et ce qui est bon à CT est souvent et malheureusement mauvais à LT.

Exemple : Manger un burger est à CT une joie, on a le sentiment d'être comblé, etc. Mais à LT, cela entraîne une prise de poids, des maladies cardio-vasculaires, etc. 

  • Nous pouvons résumer cela dans cette formule : "Il faut changer le système, non les symptômes".

 

Les 11 principes de productivité personnelle : 

  • "Tout le monde peut être productif".

Comme tout le monde peut être créatif.  Certains sont plus productifs et créatifs dans une structure ordonnée en sachant quoi faire ensuite; d'autres, dans une non-structure ou dans le chaos.

Dans quelle structure sommes-nous plus productifs? Et quand le sommes-nous? Dans quel environnement?

Il est important également d'identifier notre unique talent, notre don (intérieur) et le développer à outrance (extérieur). (Nperso : cf. Napoleon Hill - Think & grow rich). 

  • "Contrôler son temps revient à se contrôler soi-même."

Nous ne pouvons régir le temps : le temps s'écoule. De plus, affirmer le contrôle de soi et non du temps, revient à prendre ses responsabilités et à reconnaître que nous n'avons pas autant de contrôle sur nous-même que nous le croyons.  Nous sommes tels des robots enclavés dans notre routine et nos habitudes et nous refusons le changement.

Exemple: proposez donc à un ami de regarder la 1ère séance de 20min de ce programme et de l'appliquer dès le lendemain matin. La plupart du temps, vos amis n'auront jamais cette démarche. Mais si nous nous répétons que nous pouvons changer, nous le pourrons.

Vous doutez? Essayez juste une chose : demain ne mangez pas, ne buvez que de l'eau. Si vous n'y êtes pas habitué, le premier stade sera d'avoir faim mais au bout d'un moment votre esprit perdra le contrôle : "Pourquoi je fais ça? Est-ce bon pour ma santé? J'aurai du mieux me renseigner avant. Et puis je suis trop fatigué, je vais peut-être tomber dans les pommes". Une chose tout bête comme ne pas manger une seule journée nous pousse à nous chercher des excuses pour revenir à nos habitudes confortables. 

  • "Nous avons 3 cerveaux, pas seulement un".

Du plus profond au moins profond : le système limbique, le système mémoriel et le cortex. Ce sont le SL et le SM qui sont les plus vieux et ce sont ceux qui ont le plus de pouvoir sur nous.

Les 3 sphères du cerveau correspondent respectivement : au physique (P), à l'émotionnel (E), à la logique (L) (cf. Dr. Paul). Or, ces 3 sphères du cerveau ne communiquent pas très bien ensemble et nous expérimentons souvent des conflits entre eux. 

  • "L'habitude est synonyme de destinée".

D'abord, nous nous formons des habitudes mais ensuite ce sont elles qui nous forment.  Si nous pensons à quelque chose encore et encore (quelque soit la sphère P,E ou L), il se crée une neuro-connexion qui rend de plus en plus facile de penser à cette chose. C'est pourquoi une émotion peut nous contrôler : plus on lui laisse de la place, plus elle prend le dessus sur le reste. 

  • "Le chaos interne mène au chaos externe". 

Nous avons des "effets papillons" à l'intérieur de nous qui ont de grandes conséquences dans notre vie (cf. semaine 2). 

  • "Il faut concentrer notre talent intérieur sur notre plus grande opportunité". 

Réflexion en aparté : si on garde 1€ par jour pendant 56 ans avec des intérêts à 10% (investissements), nous serions millionnaires, pourquoi ne le faisons-nous pas?

Nous devons concentrer notre talent intérieur que nous aurons transformé en pouvoir personnel sur ce qui va nous rapporter le plus. Au fur et à mesure, cela amène une force qui fait levier pour faire grandir notre pouvoir exponentiellement. 

  • "Le futur peut être une extension de notre passé ou quelque chose de nouveau que l'on crée".

Beaucoup de gens refont les mêmes choses encore et encore et ne saisissent pas les opportunités. Changer notre paradigme en ne voulant pas reproduire ce qui nous a fait du mal dans le passé, change notre vie. Demain peut être le dernier jour de la vie que nous vivions avant. Mais si nous nous agrippons à notre ancienne vie, aux excuses pour ne pas faire ce que nous devons faire pour être heureux, il ne nous sera pas possible de développer tout notre potentiel. Nous devons sortir de notre Zone de Confort pour créer quelque chose de nouveau. 

  • "Se concentrer sur ce qu'on veut créer pas sur ce qu'on veut éviter".

Nous avons besoin de faire les 2 mais certaines personnes sont plus motivées pour rechercher ce qu'ils veulent créer et d'autres pour éviter ce qu'ils ne veulent pas.

La motivation négative est souvent plus forte car les mauvaises choses qui arrivent sont bien pires que les choses positives. Il est clair pour tout le monde qu'avoir un cancer est bien pire que de gagner 100000€.

Cependant la PNL et l'hypnose nous apprennent que l'Inconscient n'a pas de concept pour ce qui est négatif : tout est positif pour lui. Si on vous dit :"arrêtez de fumer", consciemment vous entendez "arrête de fumer". Inconsciemment cependant, vous ne retenez que "fumer" car l'Inconscient ne sait pas comment interpréter "ne pas faire". Cela peut être contre-productif. 

Si nous nous concentrons sur ce que nous ne voulons pas, nous avons plus de chance de l'amener dans notre réalité. De même, si nous nous concentrons sur ce que nous voulons. 

  • "Choisis, ne décide pas". 

Décider, c'est littéralement se couper d'autres possibilités (Négatif). Choisir, c'est avoir plusieurs possibilités et prendre celle que nous voulons, c'est contrôler (Positif). 

  • "Garder l'équilibre entre l'organisation et restreindre la créativité".

Ne pas tomber dans les extrêmes. Il faut avoir un peu d'organisation mais pas trop car cela tue notre créativité. Nous ne sommes pas non plus des robots. 

  • "Si nous voulons se réveiller productif, nous devons passer le prochain niveau". 

Einstein disait : "nous ne pouvons pas espérer résoudre nos plus importants problèmes avec la même manière de penser qui les a créés".  Il faut donc savoir prendre de l'altitude, du recul, changer ses perspectives et voir le monde différemment. 

Le programme Wake-up Productive commence par 4 semaines de développement productif intérieur, puis 4 semaines de développement productif extérieur.

 

SEMAINE 1 : Personal success ritual 

  • Nous avons une puissance en nous : le pouvoir de la volonté. Mais nous pouvons également nous appuyer sur la puissance de la répétition intentionnelle. Il est préférable de rechercher à avoir la récompense maximale pour un effort fourni. Cette technique vous permettra d'avoir une très grande influence sur vos actions intentionnelles.   
  • Il est important de se créer un contexte pour la journée : le matin nous conditionne pour le reste de celle-ci. Si nous avons un repas équilibré et que nous faisons des exercices le matin, il y a de grande chances que nous ayons plus d'énergie et de volonté le reste de la journée. Votre rituel personnel de succès du matin est celui qui peut avoir le plus d'influence dans votre journée car c'est lui qui forme votre esprit et donne le contexte pour le reste de la journée.  
  • Si vous créer un bon contexte au début de la journée, cela vous donne plus de chances de passer une bonne journée. Si vous passez une bonne journée, cela vous donne plus de chances de passer une bonne semaine. Si vous passer une bonne semaine, la même chose pour le mois. Le mois pour l'année, etc. De même, un mauvais début de journée vous conditionne pour le reste de la journée, etc. C'est caricatural bien évidemment, mais le but est de se donner le maximum de chances d'être productif sans avoir l'impression de faire des efforts surdimensionnés. 
  • Pensez aux 3 aires-clé de votre vie : le physique, l'émotionnel et la logique. Et créez un rituel qui vous régénère et vous rend fort intérieurement. La première chose à faire est de se lever un peu plus tôt car faire son rituel peut prendre du temps. 
  • Le rituel de base d'Eben (le but n'est pas de le reproduire mais de créer celui qui sera le mieux pour vous) :

Il boit un demi-litre d'eau (pour lui, la chose la plus importante).
Il se lave les dents et la langue.
Il fait 30 min d'exercices (paradoxalement, faire des exercices le matin, brûler de l'énergie, nous donne plus d'énergie pour le reste de la journée. C'est pourquoi il ne faut pas faire d'exercices avant de se coucher sinon nous pouvons avoir du mal à dormir).

Le sens d'exercice est de "bouger consciemment", cela ne veut pas forcément dire se mettre à la musculation et au yoga. C'est juste avoir une "utilisation intentionnelle de son corps". 

5 à 10 de méditation ou d'exercices de respiration. C'est plus se concentrer sur sa respiration que quelque chose de vraiment spirituel. Cela a pour but de se relaxer, de s'aérer l'esprit pour ensuite être proactif et non plus uniquement réactif (A ne rajouter qu'en semaine 4).

Il prend un bain.
Puis il prend un bon petit déjeuner en mixant des myrtilles, du lait, des protéines en poudre, etc. (400-500 kcal). Trouvez le repas qui vous convient, qui vous rend bien et vous donne de l'énergie.
(Il lui arrive également de respirer des huiles essentielles dans de l'eau chaude pour se dégager les sinus.) 

Il est très important, avant de s'intéresser à la suite, de se créer ce rituel du matin très précisément. Exemple : écrivez où vous allez mettre votre bouteille d'eau, préparer vos chaussures pour aller courir, etc..  Maintenant, arrêter de lire et écrivez les différentes étapes de ce rituel (vous pourrez les modifier à volonté par la suite).

Pour vous habituez à ces changements, vous devez d'abord avoir "une rampe d'accès" à ce rituel : ajouter 10 à 20 minutes supplémentaire pour toutes les choses que vous pourriez oublier mais aussi pour vous accorder un peu de temps après pour "réintégrer" votre vie normale.

 Il y a 2 clés pour prendre une habitude : commencer maintenant et ne déviez pas. Commencez donc votre rituel personnel de succès dès demain et obligez-vous à le faire chaque jour durant les 90 prochains jours.

 

SEMAINE 2 : Inner butterfly effect 

  • L'Effet Papillon de Lorenz : (le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?) De petites choses assemblées peuvent déclencher une chose bien plus importante, voire le chaos. 
  • L'Effet Papillon intérieur (EPI) : une pensée survient dans notre esprit et elle déclenche une autre idée, qui déclenche une autre idée et cela continue et augmente crescendo. Et avant que nous nous en rendions compte une ½ heure a pu passer et nous n'avons rien fait de productif hormis s'inquiéter ou penser à exactement la même chose que nous avons pensé hier. Une fois que votre esprit est lancé, c'est comme un train qu'on a du mal à arrêter. L'EPI émotionnel : une émotion négative survient qui entraine une pensée négative qui entraine une autre émotion négative, etc. Par exemple : un doute qui entraine un autre doute, qui entraine un autre doute qui amène à de la suspicion qui amène à de la jalousie, etc. L'EPI physique : par exemple, une personne qui a la bougeotte, s'en rend compte et deviens encore plus nerveuse, etc. 
  • Nous nous créons des raisons pour expliquer pourquoi nous faisons telle ou telle chose. Exemple : une expérience avec un hypnotiseur a montré que si vous mettez quelqu'un en état modifié de conscience, que vous lui mettez un parapluie dans la main et que vous suspendez l'état modifié de conscience, la simple question : "Pourquoi avez-vous un parapluie?" amène la réponse "Parce qu'il pleuvait".

Nous nous créons des justifications à nos actes en permanence comme si nous contrôlions tout en permanence. Il faut admettre que nous ne contrôlons pas notre vie. Admettre que nous sommes touché par des effets papillons intérieurs est le premier pas pour s'en défaire. 

  • Le "multitasking" aggrave les EPI car nous permutons trop rapidement entre l'aspect émotionnel, l'aspect physique et l'aspect logique. Cela nous rend inefficient et dépendant aux effets papillons. Nous devenons accroc au stress chimique occasionné par les EPI. Certaines personnes sont même dépendantes de leur lutte intérieure. Exemple : une personne victime d'un amour passionnel aura tendance à avoir des pensées négatives et aura beaucoup de mal à se forcer à penser à autre chose. 
  • Il faut se rendre compte que nous sommes en train d'avoir un EPI et se "réveiller". Puis il faut apprendre à s'en défaire. 

Exercice : Prenez 5 minutes maintenant et écrivez toutes les pensées, toutes les émotions, tous les états physiques qui pourraient engendrer un EPI chez vous (en écrire au moins 3 ou 4 de chaque).

C'est fait? Très bien. Vous allez utiliser la visualisation pour vous en défaire. Prenez votre liste et prenez l'élément déclencheur d'un EPI qui serait le pire selon vous. Puis fermez les yeux et visualisez ceci : vous vous voyez juste avant l'apparition de l'élément déclencheur d'EPI. Ralentissez la vision comme le ralenti d'un film et voyez ce processus apparaître. Visualisez lentement tout le processus et ce qu'il déclenche chez vous, visualisez l'instant où il vous déconnecte de ce que vous étiez en train de faire. Notez la déconcentration que cela engendre, qui vous pousse dans une autre direction. Et visualisez la prochaine chose qui apparaît et visualisez ce que cela entraine, etc. Essayer de disséquer ce phénomène dans votre esprit pendant un moment.

Une fois que cela est fait, détendez-vous un instant et fermez les yeux à nouveau. Vous allez essayer de visualiser maintenant un nouveau chemin après l'EPI qui remplacera l'ancien chemin. On s'est rendu compte, en effet, que de visualiser plusieurs fois quelque chose vous conditionne à le faire. Cela ne vous change pas immédiatement mais cela amène à une différence notable.

Fermez donc les yeux et une fois que l'élément déclencheur apparaît et entraîne quelque chose, vous allez vous voir en train de vous réveiller et de réaliser que vous êtes en train d'avoir le début d'un EPI. Vous allez vous voir arrêter l'EPI et prendre une grande inspiration. Laisser s'échapper cette pensée négative, expirez et finalement retournez à ce que vous étiez en train de faire. Visualisez et surtout ressentez que c'est une bonne chose qui vous arrive car vous avez fait face à l'EPI et vous pouvez être fier de vous.

Faîtes cet exercice 5 fois. Ce sera l'exercice de la semaine (en plus du rituel personnel de succès chaque jour de la semaine). 

  • Autre chose importante : assurez-vous que vous dormez assez. Le stress négatif est l'une des choses les plus néfastes. Une personne moyenne a besoin de dormir entre 7 à 8 heures par jour. Si vous ne pouvez pas avoir plus de temps pour dormir le matin, faîtes en sorte de vous coucher plus tôt le soir.

Pour connaître votre besoin en sommeil : un jour que vous n'êtes pas obligé de vous lever, ne mettez pas de réveil et comptez combien de temps vous avez dormi. Si vous pensez ne pas pouvoir vous permettre de dormir autant car vous n'avez pas 2 ou 3h en plus, pensez que grâce à ce programme, vous allez être productif et que vous allez gagner entre 4 à 6h de productivité supplémentaires. 

  • Motivez-vous ! La motivation peut se trouver en pensant à une récompense que vous pouvez vous octroyer (+) ou en pensant à une punition que vous allez vous infliger (-). Faîtes les 2 ! 

Récompenser-vous. Par exemple, par un spa si vous respectez votre engagement). Punissez-vous si vous ne respectez pas votre engagement. Parlez-en à un ami proche et faîtes-lui un chèque de 20€. Chaque jour pendant 30 jours vous devrez lui envoyer un sms en lui indiquant que vous avez terminé votre rituel. Si vous ne le faîte pas, il encaisse le chèque et vous devez lui en refaire un. C'est le marché. Comme cet engagement vous fait sortir de votre zone de confort, votre corps et votre esprit tenteront de résister à ce changement (les habitudes sont dures à perdre !), résistez. Le plus important est de commencer dès maintenant ! Ne reportez pas ça à plus tard, vous trouverez toujours une bonne excuse pour ne rien faire. Ce programme est un engagement envers vous-même si vous décidez de l'entamer. Vous verrez c'est peut-être contraignant au début, mais ce sera de plus en plus facile que les jours/semaines passeront.

 

SEMAINE 3 : Streamlining your inner game 

  • Attention : vous ne devez pas passer à cette semaine sans avoir appliqué à votre vie de tous les jours, les enseignements des 2 semaines précédentes. 
  • Il y a quelque chose en nous qui nous empêche d'atteindre le succès. En fait, au départ, c'est quelque chose qui nous pousse à garder nos habitudes comme elles sont. Cela nous pousse à nous retrancher dans notre Zone de Confort (ZDC) et à garder nos différentes sphères (L,E,P) dans leurs propres ZDC. 
  • Le but n'est pas de détruire la part de nous-même qui nous enclave dans notre ZDC puisqu'elle nous protège en nous empêchant de nous mettre en danger. Mais nous allons essayer de réduire l'impact qu'elle a sur nous-même. 
  • Il y a des structures qui créent des conflits en nous : les frictions internes.  Elles peuvent se traduire par une inefficience, un blocage ou un ralentissement psychique. Exemple : quand une des trois sphères du cerveau est en conflit avec une autre > j'ai envie de boire ce soir (E) mais si je bois, je vais culpabiliser et me sentir mal demain (P). La friction est générée par une discordance entre ce que veulent des parties différentes de nous, entre ce qu'elles considèrent comme étant bien ou mal, utile ou inutile. Le problème c'est qu'en ayant des frictions, il est très dur d'évoluer, de sortir de sa zone de confort. Pourquoi? Car notre volonté d'évoluer est en friction avec la part de nous qui nous protège et veut que nous restions dans notre ZDC. 
  • Nous devons donc rationnaliser nos attentes et définir dans quelle situation une des 3 sphères a légitimement le dessus sur les autres, et quand. Il faut apprendre à nos sphères à fonctionner en équipe. 
  • Il y a 2 raisons principales qui font que l'on doit réduire nos frictions :
  1. Elles nous rendent improductif car elles nous font brûler plus d'énergie qu'en faisant des choses qui ne nous causent pas de frictions. Tony Shorts : "Quand vous êtes dans un mauvais état d'esprit, c'est comme si vous étiez sur la route et que vous poussiez les gaz à fond. Vous allez accélérer brusquement mais vous allez surtout brûler de l'énergie inutilement".
  2. Le pire, c'est qu'elles brûlent notre plus importante énergie : notre volonté. Quand nous résistons à quelque chose, nous utilisons notre volonté. Si nous l'utilisons dans des choses inutiles comme les frictions, nous gaspillons notre réserve de volonté. 

Exercice : pensez aux différentes sphères de votre esprit et prenez une friction interne : par exemple, la nourriture. Pensez à un aliment qui est bon pour votre organisme mais dont vous n'aimez pas vraiment le goût et pensez à un aliment que vous adorez mais qui est mauvais pour votre corps (Frictions P/E). Ecrivez ces 2 aliments sur un papier. Essayez de voir où la friction se crée. Notez de 1 à 10 le goût, ce que vous ressentez physiquement après avoir mangé ces 2 éléments (P). Notez de 1 à 10 comment vous vous sentez émotionnellement après avoir mangé ces 2 aliments (E). Et notez ce que vous ressentez logiquement après avoir mangé ces 2 aliments (L - est-ce bon pour moi?). Cela aide à se rendre compte consciemment de nos attentes aux niveaux des 3 sphères. Bien sûr, faîtes cet exercice avec votre friction prédominante. 

  • Nous avons plusieurs parties en nous qui nous contrôlent à différents moments (ce qu'on pourrait appeler le syndrome Dr. Jeckyll et Mr. Hyde). Quand une partie de nous veut quelque chose et une autre partie veut autre chose en même temps, nous devons apprendre à ce qu'elles communiquent entre elles. Chaque partie de nous veut quelque chose pour une raison. Par exemple, la partie de nous égocentrique et narcissique nous donne envie d'avoir raison, de montrer que nous connaissons mieux les choses que les autres. Une autre partie de nous cherche l'approbation des autres et à se faire aimer. Et si nous rencontrons quelqu'un qui nous impose le respect et qui est intelligent, nous sommes souvent partagé entre la partie qui recherche l'approbation et celle qui veut montrer que nous sommes intelligent. 
  • Nous avons également une partie de nous qui nous protège, qui nous pousse à rester dans notre ZDC, mais qui nous empêche d'atteindre le succès. C'est pourquoi, il faut arriver à faire communiquer cette partie avec les autres parties en nous. 

Exercice : Quelle partie vous empêche d'atteindre le succès? Pourquoi empêchez les autres parties d'atteindre le succès? Posez-vous ces questions. Vous devez avoir une réponse. Par exemple : "J'essaie juste de ne pas prendre trop de risques, de ne pas faire quelque chose de stupide". Maintenant, essayez de demander à la partie en vous qui veut atteindre le succès ce qui vous empêche de faire les choses nécessaires pour atteindre le succès. Qu'est-ce qui vous retient?

Ensuite, fermez les yeux et essayer de faire se rencontrer mentalement les 2 parties opposées en vous et laissez-les avoir une conversation à propos de ce qu'elles veulent faire toutes les 2. Cela peut paraître bizarre à faire mais ne sous-estimez pas le pouvoir de la visualisation. Enfin, faîtes en sorte qu'elles trouvent un accord entre elles pour travailler ensemble à la réalisation du succès. Qu'est-ce qui en ressort pour vous? 

  • Il est important que vous :
  1. Vous rendiez compte quand vous avez une friction interne.
  2. Vous rendiez compte quand c'est une friction entre les 3 sphères de votre cerveau (P,E,L).
  3. Vous rendiez compte quand c'est une friction entre 2 parties opposées en vous. 
  • Si vous avez beaucoup de frictions quotidiennes, cela crée une structure semblable à des dominos qui amènent encore et encore à d'autres frictions. Et cela devient une habitude. Demandez-vous s'il y a une telle structure en vous que vous avez créée au fur et à mesure du temps. Notez qu'elles sont ces mauvaises habitudes que vous avez prises, devenez-en conscient. Notez également, ce que cela amène dans votre vie et comment cela vous fait dévier de votre route vers le succès.  

Exercice : Identifiez la plus grande source de frictions intérieures que vous cultivez. Prenez une feuille de papier et écrivez les choses qui vous amènent aux plus grands conflits intérieurs, ceux qui vous amènent à brûler le plus d'énergie quand vous avez à les soutenir. Faîtes ça pendant 5 minutes maximum.

C'est fait? Prenez maintenant les 3 plus grandes sources de frictions et demandez-vous à quels résultats ils vous amènent (pour les 3, un par un). Vous amènent-ils à être improductif ou juste inefficient? À être maussade ou perdu dans vos pensées? Prenez un temps pour écrire tout ça sur votre feuille.

Maintenant, réfléchissez à 3 nouveaux processus (simples en 3/4/5 étapes maximum) que vous allez mettre en place quand vous aurez une de ces frictions. Exemple : vous avez une envie subite de grignoter des chips mais vous culpabilisez car vous pensez que ce n'est pas bon pour vous > vous pouvez boire un demi litre d'eau, puis manger une barre de céréales protéinée. Il faut que vous mettiez en œuvre ce processus choisi dès qu'une friction arrive car si vous ne le faîte pas, vous continuerez à vous torturer mentalement. 

  • Pour le rituel personnel :

Vous pouvez maintenant y ajouter un peu de visualisation mentale. (les choses que vous devez faire dans la journée, les résultats que vous allez obtenir, etc.). Visualisez chaque stratégie, action ou objectif 6-7 secondes.
Vous pouvez également ajouter si vous le voulez un peu de méditation (5 minutes, et mettez une alarme pour ne pas être perturbé par le temps). Rien de vraiment bizarre ou spirituel, vous n'avez juste qu'à vous concentrer sur votre respiration (inspiration et expiration). Cela entraîne votre concentration et vous aère l'esprit et vous relaxe. 

 

SEMAINE 4 : Building your focus muscles 

  • Il est nécessaire d'apprendre à se concentrer sur une chose à la fois. Le "multitasking" est à l'opposé de la concentration > quantité.  Mais il est important aussi de savoir sur quoi vous concentrer > qualité.  Exemple : souvent nous nous concentrations sur ce qu'on est en train de faire en oubliant le résultat que l'on veut obtenir. 
  • Quel est votre quantité de concentration? Pendant combien de temps pouvez-vous vous concentrez sur une chose? Sans regardez vos mails, votre téléphone, sans être perturbé par quelque chose. Mais également sur combien de choses êtes-vous concentrés durant votre journée-type? 
  • Le 1er objectif de cette semaine est d'arriver à se concentrer quantitativement sur une chose à la fois pendant 50 minutes (cf. cycles de Peter F. Drucker dans Effective Executive).  Si vous n'avez pas la capacité de vous concentrer sur une chose pendant une certaine période de temps, vous aurez certainement beaucoup de mal à avoir des résultats significatifs, à atteindre votre objectif.  
  • Le 2nd objectif de cette semaine est d'apprendre à se concentrer sur les choses qui sont réellement importantes pour vous.  Nous devons décider pour nous-mêmes sur quoi nous devons nous concentrer et non pas subir ce qui se passe dans notre journée. 

Exercice : Imaginez que vous arriviez à vous concentrer sur les 3 choses les plus importantes pour vous par jours pendant 50 minutes chacune.  Si vous arriviez à faire ça, quel résultat pourriez-vous obtenir au bout d'un mois, d'un an, de dix ans?

Faites donc, sur une feuille de papier, une liste des choses qui vous apporterez le plus de succès, de bonheur ou autre, dans votre vie. Et ensuite, identifiez les 3 choses les plus importantes pour vous dans cette liste. 

C'est fait? Très bien. Maintenant, demandez-vous quel serait le résultat si vous arriviez à vous concentrer chaque jour sur ces 3 choses pendant 1 an, 5 ans, 10 ans. Faîtes-vous une image mentale de ce que vous seriez au bout de 10 ans. Puis, prenez la liste que vous avez faîtes et écrivez ce que seriez, les résultats que vous auriez obtenus au bout de 10 ans (par exemple). 

  • Attention : si vous vous concentrez sur les choses que vous ne voulez pas, votre inconscient restera uniquement axé sur l'action que vous ne voulez pas. Si je vous dis, ne pense pas à un éléphant rose, une partie de notre esprit ne peut s'empêcher de penser à un éléphant rose. Si vous voulez perdre une mauvaise habitude et que vous vous concentrez sur cette habitude, vous perdrez énormément d'énergie et de volonté dans la restriction de cette habitude. Il est préférable de se concentrer sur le résultat positif que nous voulons obtenir, cela donne beaucoup plus de motivation pour faire ce que nous devons faire.

Exercice : faîtes donc un patchwork des choses que vous voulez créer pour vous, des choses que vous voulez acquérir, etc. 

Exercice : Prenez une feuille de papier et écrivez les résultats que vous voulez obtenir pour vos 3 sphères internes au bout d'un an. Ecrivez un résultat physique (par exemple : ne plus avoir de surcharge pondérale, vivre dans un grand appartement, avoir un bureau pour votre entreprise dans le centre-ville, etc.), un résultat émotionnel (par exemple : être dans une relation amoureuse épanouie, se sentir bien et mieux communiquer avec autrui, etc.), un résultat logique (par exemple : comprendre au mieux la psychologie et les rapports humains, avoir appris à jouer aux échecs, etc.).  

Exercice : Achetez-vous aussi une alarme digitale (Note perso : mon téléphone mobile me convient très bien, mais il ne faut pas oublier de le mettre hors ligne quand nous nous concentrons sur une des choses à faire durant la journée). Et cette semaine, vous allez vous concentrez sur 1 chose et une seule pendant 50 minutes par jour. Prenez une des 3 choses les plus importantes pour vous, et entraîner votre concentration chaque jour sur elle (et uniquement elle) pendant 50 minutes. 

  • Pour le rituel personnel :

Ajoutez (et c'est important) 15 à 20 minutes de lecture intéressante. Les exercices motivent notre sphère physique, la visualisation et la méditation motivent notre sphère émotionnel, maintenant la lecture va motiver notre sphère logique. Vous pouvez par exemple, lire un chapitre d'un livre de sociologie, de développement personnel, etc. Une lecture qui rende votre esprit plus fort.      

 

SEMAINE 5 : The 60/60/30 solution 

  • Lorsque nous travaillons, nous voulons nous sentir bien dans ce que nous faisons.

Nous avons précédemment compris le concept des 3 sphères du cerveau que nous possédons (P,E,L). Nous voulons donc que ces 3 sphères soient engagées, qu'elles travaillent ensemble pour notre productivité. Pourquoi? Parce que faire un travail que nous n'aimons pas est trop stressant et peut entraîner des frictions et des EPI qui nous empêchent de nous concentrer et d'être productif. 

  • Ce n'est pas quelque chose de facile de trouver un compromis entre nos 3 sphères. Nous pouvons être naturellement plus enclins à donner à une d'elle plus d'importance. Ainsi, laisser un même temps minimum par jour, à chaque sphère, permet de trouver ce compromis. 
  • Ernest Rossi, dans son livre The Twenty Minutes Break, et Tony Shorts dans Powerful Engagements, parlent des Cycles Ultradiens (CUD). Ce sont des cycles de 90 à 120 minutes où l'on ressent le plus d'énergie suite auxquels on ressent un peu moins d'énergie (on se sent un peu plus fatigué). A ce moment-là, nous avons tendance à prendre un café ou du sucre mais cela est plus néfaste; car même si nous avons l'impression d'être un peu moins fatigué, physiquement ce n'est pas le cas. Nous gagnerions plus à nous relaxer 20/30 minutes. A force de faire cela, nous brulons notre capital énergie et peu à peu nous devenons de plus en plus fatigués, et nous avons de plus en plus besoin de café, de sucre, etc.
  • En respectant les CUD et en jonglant entre le travail pendant les périodes d'énergie, et la relaxation, nous pouvons avoir de beaucoup plus de résultats. Une solution facile à appliquer est le cycle 60/60/30. 
  • Vous allez vous concentrez pendant 60 minutes sur une seule activité, un seul problème ou un seul projet. Puis, vous vous concentrerez 60 minutes supplémentaires sur la même chose ou autre chose. Et ensuite, vous vous forcerez à prendre 30 minutes de pure relaxation et de regain d'énergie (repas, détente, exercices de respiration ou tout autre chose qui permet de regagner de l'énergie). Si vous ne prenez pas de temps pour vous relaxer, vous allez bruler votre énergie et votre volonté de manière inefficiente. Le gain de temps que vous aurez à ne pas vous reposer sera donc plus faible que le gain de temps que vous auriez eu en vous accordant cette demie-heure. Grâce à ces cycles qui respectent les CUD, nous pouvons accroître notre productivité : Eben dit qu'il a multiplié lui-même sa productivité par 4. 
  • De plus, toutes les 2h ½, prenez un petit repas. Les nutritionnistes ont découvert que manger de plus petits repas plusieurs fois par jour est meilleur pour notre corps. Cela ne veut évidemment pas dire grignoter (pas de chips, biscuits ou de genre de choses) mais prendre un mini repas (300/400kcal) comme les repas primordiaux de la journée. Cela permet à votre taux de sucre dans le sang d'être stable. Si vous pouvez le faire, buvez également ½ L d'eau, ½ heure avant chaque repas (quand votre estomac est le moins rempli). Cela nettoie votre organisme. Votre corps travaillera dans l'environnement le plus propice au gain d'énergie. 

psycho développement

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

contact@pierrehomagic.com

+33661621053

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×